Peste porcine africaine

L’objectif étant d’éradiquer totalement les sangliers dans la zone blanche afin d’éviter la propagation du virus de la peste porcine sur le territoire luxembourgeois, le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider a présenté ce matin de nouvelles mesures de prévention le long de la frontière belgo-luxembourgeoise.

Romain Schneider a souligné que l’ensemble de ces mesures, qui sont évidemment prises en concertation avec tous les acteurs concernés, ont comme finalité le dépeuplement total de sangliers afin d’établir un vide sanitaire à l’intérieur de la zone blanche au plus tard pour la fin de l’été conformément aux recommandations de l’expert de la Commission européenne.
À cette fin, un tir de sangliers est organisé par les locataires de chasse privés sur tous les lots de chasse à l’intérieur de la zone blanche les 4 et 5 juillet prochains. L’Administration de la nature et des forêts fournit un support logistique. Dans le cadre de l’excellente coopération transfrontalière, plusieurs chasseurs belges prendront également position sur leur territoire de chasse au cas où des sangliers arriveraient à passer la frontière.
Dans le cadre d’une étroite coopération avec la Direction de la défense, l’armée effectuera une reconnaissance de terrain en vue de la détermination des mouvements de sangliers afin de minimiser les perturbations engendrées par la chasse pour le gibier et pour les autres espèces.
La population est appelée à être vigilante durant ces deux jours, de ne pas entrer dans la zone blanche et de respecter méticuleusement les indications le long des sentiers et pistes cyclables juxtaposant la zone blanche.
Tout sanglier abattu sera livré à un centre de collecte en vue de la prise d’échantillon pour l’analyse au laboratoire et une indemnité sanitaire de 100 € sera payée par le ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural.
De plus, comme le risque de propagation du virus du côté de la Belgique est en train de se déplacer vers le nord, en complément aux mesures prises par les autorités belges, le ministre Romain Schneider a ordonné l’étude d’un tracé concernant l’installation d’une clôture supplémentaire le long de la frontière belgo-luxembourgeoise direction nord. «Il est important que nous soyons prêts au cas où la propagation du virus se fera via la forêt d’Anlier vers la frontière luxembourgeoise pour pouvoir mettre en place la nouvelle clôture dans les délais les plus brefs.»
Dans ce contexte, Romain Schneider tient à remercier le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, le ministère de la Mobilité et des Travaux publics, la Direction de la défense, les administrations impliquées ainsi que le Maschinenring, les locataires de chasse et tous les acteurs belges et français pour leur collaboration exemplaire dans ce dossier.
Le ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural tient également à souligner qu’à ce jour, sur les 211 tests effectués au Laboratoire de médecine vétérinaire de l’État (LMVE) sur des cadavres de sangliers concernant la PPA, tous les résultats ont été négatifs.
Toute détection de cadavre de sanglier doit être signalée aux autorités compétentes (Tél.: (+352) 247-56666 Administration de la nature et des forêts).
Enfin, Romain Schneider a rappelé que le virus de la PPA affecte les sangliers et les porcs domestiques, mais ne présente aucun risque pour d’autres animaux ni pour l’homme même en cas de consommation de viande ou de produits de viande contaminés.

Pour avoir des informations supplémentaires, veuillez consulter le dossier sur le portail: https://agriculture.public.lu/de/actualites/dossiers/2019/afrikanische-schweinepest.html

Communiqué par: ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

Plus de brèves: