Réduction des risques de catastrophes des Nations unies

Du 14 au 15 mai 2019, Taina Bofferding, ministre de l’Intérieur, a assisté à la 6e plateforme mondiale sur la réduction des risques de catastrophes des Nations unies à Genève.

En 2015, le cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes a été adopté par l’Assemblée générale des Nations unies pour les années 2015-2030. Il vise à réduire le risque et l’impact de catastrophes, en investissant particulièrement dans la prévention, la gestion et la réduction des risques plutôt que de se contenter de réagir en cas de situations d’exception. La plateforme mondiale réunit des experts internationaux et examine les progrès réalisés dans la mise en œuvre du cadre d’action de Sendai, comme des objectifs de l’Agenda 2030.

Le gouvernement luxembourgeois a réaffirmé l’engagement du Luxembourg dans le cadre d’action de Sendai dans l’accord de coalition 2018-2023 et a nommé un nouveau «national focal point» au sein du ministère de l’Intérieur qui aura comme mission la réinstauration et la coordination de la plateforme nationale de réduction de risques de catastrophe.

Taina Bofferding, lors de son intervention à la plateforme mondiale, a également souligné l’importance de la dimension genre dans la réduction de risque: «Les filles et les femmes sont souvent les plus vulnérables dans les situations de catastrophes à cause des inégalités persistantes. Il est urgent d’examiner les différences de genre dans le domaine de la réduction de risques. Seulement en incluant les femmes et leurs expériences dans l’élaboration des stratégies de réduction de risques, nous pourrons vraiment achever nos objectifs communs.»

La dimension genre et les stratégies y afférentes, les réponses du Luxembourg aux catastrophes nationales et la contribution au niveau multilatéral ont été au cœur de l’entrevue bilatérale de la ministre de l’Intérieur et de l’Égalité entre femmes et hommes avec la représentante spéciale pour la réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori.

Concernant le volet international, Taina Bofferding a rappelé que la Coopération luxembourgeoise alloue environ 5% de son budget d’aide humanitaire au financement d’actions de prévention, de la résilience et de réduction de risques de catastrophes.

 

Communiqué par: ministère de l’Intérieur

Plus de brèves: