Journée mondiale de la Santé 2019 – La prévention: pierre angulaire de la politique de santé du Luxembourg

La Journée mondiale de la santé, célébrée chaque année le 7 avril pour marquer l’anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la santé, offre une occasion unique de mobilisation autour d’un thème de santé spécifique qui concerne toute la population.

À cette occasion, le ministère de la Santé tient à mettre en avant l’importance du dépistage précoce et de la prévention, notamment des maladies chroniques.
Certains développements tels que le vieillissement, l’impact environnemental et l’hygiène de vie de la population exigent qu’un accent accru soit mis sur la prévention pour en faire un élément central des actions visant à améliorer la santé des citoyens. Afin d’améliorer la lutte contre les maladies chroniques – surtout celles causées par des facteurs de risque liés à l’hygiène de vie, notamment le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, les régimes alimentaires non équilibrés et l’inactivité physique – le ministère poursuivra activement la promotion des modes de vie sains.
En effet, 40% des cancers pourraient être évités en réduisant le tabagisme, l’alcool, l’obésité, et la sédentarité.
Le Luxembourg est plus que jamais engagé de suivre le changement de paradigmes qui est nécessaire pour renforcer la prévention, comme en témoigne la politique de santé mise en œuvre au cours des dernières années.
Les actions du ministère de la Santé
Le Luxembourg a mené depuis plus de 20 ans différentes actions en faveur de la lutte contre le cancer. Le Plan national cancer (PNC) 2014-2018 est le premier plan national visant à fédérer tous les acteurs autour de ce fléau de santé publique. Les objectifs du PNC seront résolument poursuivis sous le nouveau plan cancer qui couvrira la période 2019-2023.
Le Programme Mammographie vise à détecter les signes de cancer du sein à un stade précoce, c’est-à-dire en l’absence de symptômes. Une détection précoce du cancer du sein donne à la femme de meilleures chances de rémission. Le Programme Mammographie permet de détecter environ 120 cancers par an.
Le Plan national Tabac 2016-2020 vise tout d’abord la prévention du tabagisme chez les enfants et les jeunes, l’aide au sevrage tabagique pour les fumeurs désirant s’arrêter de fumer et la protection de la population contre le tabagisme passif.
Le Programme de sevrage tabagique propose aux fumeurs désirant arrêter de fumer, une prise en charge adaptée pour l’aide au sevrage. Les fumeurs peuvent se faire conseiller et se faire accompagner par le professionnel de la santé de leur choix. Une aide financière pour l’achat de médicaments pour le sevrage est également attribuée.
Plus de 500 projets et activités ont pu être réalisés au cours des dix dernières années sous le label GIMB «Gesond iessen, Méi bewegen». L’objectif général du plan d’action national GIMB 2018-2025 est de promouvoir l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière et de lutter contre la problématique de l’obésité et de la sédentarité.
En septembre 2016, le ministère de la Santé a lancé le premier Programme de dépistage organisé du cancer colorectal (PDOCCR). La lutte contre le cancer colorectal constitue une préoccupation majeure en matière de santé publique. Dans la plupart des cas, ce cancer ne provoque pas de symptômes au stade débutant. Pourtant, détecté et soigné à un stade précoce, il est généralement guérissable dans 9 cas sur 10.
Le portail santé www.sante.lu contient de plus amples informations.
La prévention en chiffres:
Alors que, selon l’OMS, le pourcentage de dépenses consacrées à la politique de prévention devrait se situer entre 2 et 3%, celles-ci représentent moins de 0,5% au Luxembourg – comparé à 46,9% pour les soins hospitaliers et 21% pour les soins médicaux.
Les dépenses en santé par habitant au Luxembourg sont les plus élevées des pays de l‘UE. Cela permet d‘offrir un panier de soins de base très généreux (source: Profils de santé par pays 2017, Luxembourg, OECD).
Depuis 2012, les dépenses par habitant sont toujours les plus élevées de l’UE et étaient de 82% supérieures à la moyenne de l’UE en 2015. Toutefois, en pourcentage du PIB, le Luxembourg dépense beaucoup moins pour la santé que la plupart des autres pays de l’UE (6,0% contre 9,9% du PIB dans l’UE).
Il existe donc une certaine marge au Luxembourg pour recourir davantage à la prévention en tant qu’action de santé publique et le ministère de la Santé compte fermement poursuivre ses efforts en la matière.

Lien(s) utile(s)
Journée mondiale de la Santé de l’OMS: https://www.who.int/campaigns/world-health-day/world-health-day-2019

Communiqué par: ministère de la Santé

Plus de brèves: