Étienne Schneider et Romain Schneider en visite à l’Agence eSanté

Le Vice-Premier ministre, ministre de la Santé, Étienne Schneider, et le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, ont effectué une visite de travail à l’Agence eSanté en date du 28 mars 2019.

L’objectif était d’échanger avec l’équipe de l’Agence eSanté sur l’avancement des travaux portant sur le Dossier de Soins Partagé (DSP) ainsi que des divers services fournis par la plateforme eSanté aux professionnels de santé, comme par exemple les hôpitaux, médecins, pharmaciens, laboratoires, maisons et réseaux de soins ou laboratoires de recherche, ainsi qu’à d’autres organismes publics.

Le DSP prêt pour le déploiement généralisé
A cette occasion, l’Agence eSanté a démontré le rôle central du DSP comme outil de coordination des soins permettant un meilleur échange d’informations de santé entre professionnels de santé. Ainsi, les ministres ont pu assister à la démonstration de l’envoi d’une
« e-prescription » par un médecin à partir d’un logiciel de cabinet de ville vers le DSP d’un patient, et sa récupération par un pharmacien à partir d’IdeoMed, logiciel déployé au sein de divers établissements de santé du Luxembourg. Grâce à la base référentielle de médicaments intégrée dans Ideomed, le professionnel de santé peut effectuer une analyse pharmaceutique et identifier de potentielles interactions avec des médicaments que le patient prend déjà.

Le projet de règlement grand-ducal relatif au DSP est en train d’être finalisé suite à l’avis du Conseil d’État pour qu’il puisse entrer en vigueur dans les meilleurs délais. Avec la publication de ce règlement, le DSP pourra être déployé au niveau national.

Big Data, intelligence artificielle et autres services
Ensuite, les deux ministres ont échangé sur d’autres sujets avec les membres de l’équipe, dont entre autres les services en cours d’élaboration, comme la dématérialisation des ordonnances, ainsi que les activités futures définies au sein du plan stratégique de l’Agence, comme par exemple l’apport de l’intelligence artificielle au service non seulement des professionnels mais également des patients.

Dans le futur, des outils de ce type permettront de mettre en oeuvre une médecine personnalisée; des premières réflexions y afférentes sont en cours, en particulier pour le domaine de l’oncologie.

La stratégie pour la transition numérique de la santé
L’Agence a également présenté ses priorités stratégiques pour les années à venir, à savoir :
– Initier le déploiement généralisé du Dossier de Soins Partagé pour tous les assurés et l’échange d’un résumé patient au niveau transfrontalier ;
– Fédérer tous les acteurs de santé autour des nombreux services proposés par sa plateforme eSanté ;
– Rassembler les différents acteurs de santé autour d’une stratégie eSanté cohérente et efficiente, indispensable pour assumer le choix de la transition numérique de la santé et pour déployer les cas d’usage à large échelle ;
– Lancer des initiatives de co-innovation pour créer une relation étroite entre les besoins de l’utilisateur et de l’offre d’innovation, via des partenariats avec les laboratoires de recherche, l’Université du Luxembourg et les industriels. Dans cette optique a été évoqué l’opportunité de créer un incubateur dédié à l’eSanté.

Communiqué par: ministère de la Santé / ministère de la Sécurité sociale / Agence eSanté

Plus de brèves: