40 années au service de l’économie luxembourgeoise

SNCI

La Société Nationale de Crédit et d’Investissement (SNCI) est née en 1978 dans le but d’œuvrer en faveur du développement et de la diversification économique du Grand-Duché. La banque de développement publique est spécialisée dans le financement à moyen et à long terme des entreprises luxembourgeoises. Interview de son directeur, Emmanuel Baumann.
 
Quelles sont les principales activités de la banque?
Elle accorde des prêts de création-transmission à des PME nouvellement créées ou reprises, des crédits d’équipement, des prêts à l’investissement, ainsi que des financements à l’étranger pour les entreprises luxembourgeoises désireuses de se développer sur les marchés internationaux. Elle finance par ailleurs des projets de recherche, de développement et d’innovation des entreprises et des projets de développement des entreprises. Elle réalise aussi des opérations en fonds propres, soit directement au moyen de prises de participation ou de prêts participatifs, soit à travers sa filiale CD-PME S.A., soit par le biais de sociétés de financement dans lesquelles elle détient une participation.
 
Quel bilan peut-on tirer après 40 années d’activités?
Pour l’ensemble de son activité depuis le 1er janvier 1978, les interventions financières de la SNCI s’élèvent à plus de 3,6 milliards d’euros, ce qui représente une moyenne annuelle de 93,1 millions d’euros. Les crédits d’équipement y représentent 852,9 million d’euros, soit 21,9 millions d’euros de moyenne par an. Depuis sa création, la SNCI a accordé plus de 7.200 prêts, alloués à quelques 5.100 entreprises.
 
Et quant aux financements de l’innovation?
Au total, le Conseil d’administration a accordé 104 millions d’euros de prêts à l’innovation depuis l’introduction de cette catégorie en 1983. Les prêts indirect Développement, direct Recherche, Développement et Innovation ainsi que le prêt Entreprise Novatrices sont mis en œuvre depuis 2015  et représentent quant à eux un montant total de 7 millions d’euros.
À noter que depuis 2002 et la mise en place de prêts de création et de transmission d’entreprise, la SNCI a accordé un montant total de 14,4 millions d’euros.
 
À qui profitent ces prêts?
À nos débuts, le secteur industriel, l’artisanat, le commerce et l’hôtellerie étaient les principaux bénéficiaires. Aujourd’hui, nous soutenons également de nombreuses entreprises et des startups dans des secteurs de pointe comme l’ICT, la Fintech, la cybersecurity, les technologies de l’espace, la biotech. En outre, nous cofinançons des projets dans le domaine de l’environnement, de la digitalisation des entreprises classiques et des projets des entreprises de l’économie solidaire.
On peut donc dire que de nombreuses entreprises luxembourgeoises des branches visées par la loi ont fait appel aux instruments de financement offerts par la SNCI. Plusieurs milliers d’entreprises, grandes ou petites ont été en mesure de se créer, de se structurer, de se moderniser ou de se réorienter, de développer des produits ou des services nouveaux ou de s’étendre vers de nouveaux marchés grâce à la mise en œuvre de ces instruments pour un montant dépassant les 3,6 milliards d’euros.
 
Quelle est votre politique d’intervention?
La SNCI n’assure pas la totalité du financement d’un projet d’investissement ou d’une opération d’exportation, mais, dans un souci de partage des risques et dans une approche de cofinancement avec les banques commerciales, elle vise à assurer un équilibre approprié entre les différentes sources de financement.
Dans l’ensemble, les prêts et crédits de la SNCI couvrent en moyenne 25% du coût des projets industriels et peuvent atteindre jusqu’à 75% des investissements dans le cas du premier établissement de jeunes artisans, commerçants, hôteliers ou restaurateurs.
 


40 ans en chiffres
Plus de 3,6 milliards d’euros de financements
Plus de 7.200 prêts alloués
Plus de 5.100 entreprises bénéficiaires


 
 

Lire sur le même sujet: